Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le 8 juin a été décrété par l’ONU comme Journée mondiale de l’Océan. C’est l’occasion de répéter que les divinités et créatures de la mythologie grecque n’avaient pas peur de l’eau. Petit tour d’horizon.

Pontos, la mer primordiale s’unit à Gaia. Sa descendance est constituée d’une foule de créatures marines, dont le fameux Ketas, monstre marin gigantesque que Persée pétrifiera alors qu’il s’apprête à dévorer la tendre Andromède.

Dans ce tableau de Jean Auguste Dominique Ingres (1780–1867), intitulé Roger délivrant Angélique et peint en 1819, Roger délivre Angélique d’un monstre marin. La scène, tiré du roman Roland Furieux de l’Arioste, rappelle l’histoire d’Andromède délivrée par Persée.

Jean Auguste Dominique Ingres (1780–1867), Roger délivrant Angélique, 1819

Si Océan (Okéanos) est un fleuve censé entourer la terre habitable et une divinité masculine de surcroît, de nombreuses déités féminines ont trouvé refuge dans la mer. À commencer par son épouse Téthys. Formant un couple prolifique, ils engendreront les Fleuves et pas moins de trois mille Océanides, qui peupleront les étendues marines. Ces nymphes des vagues serviront de vivier charnel aux dieux et héros.

Edward Poynter  (1836–1919), Nymphes de la grotte aux tempêtes, 1903

Edward Poynter (1836–1919), Nymphes de la grotte aux tempêtes, 1903

Nérée, le fils de Pontos cité plus haut, est surnommé le vieillard de la mer. Il épousera justement l’une des Océanides qui enfantera pour lui les cinquante Néréides. Parmi elle, la plus célèbre était Thétis. Un oracle disait que son fils serait plus puissant que son père. Evidemment aucun des dieux ne voulut l’épouser. Mieux encore, ils s’arrangèrent pour lui trouver un époux mortel, Pélée. C’était un mariage arrangé et Thétis n’en voulait pas. Mais les dieux ont expliqué au brave Pélée qu’il fallait qu’il attrape Thétis et qu’il ne la lâche pas quoiqu’il arrive. Comme les divinités marines en général et son grand-père Nérée en particulier, Thétis avait le don de se métamorphoser en n’importe quelle créature. Entravée dans les bras de son promis, Thétis devient tour à tour lionne, tigresse, serpente. Pélée tint bon et Thétis finit par accepter ses noces. Elle donna à Pélée un fils du nom d’Achille, qui s’illustra lors de la guerre de Troie. Patrocle ayant été défait par l’ennemi alors qu’il portait ses armes, Thétis alla sur l’Olympe implorer Zeus de redonner à son fils une panoplie digne de lui. Zeus accepta et Héphaïstos façonna des armes dont un bouclier dont la description est un morceau de bravoure homérique.

Jean Auguste Dominique Ingres  (1780–1867), Jupiter et Thétis, 1811

Jean Auguste Dominique Ingres (1780–1867), Jupiter et Thétis, 1811

Lorsque Zeus prit le pouvoir sur le monde, il partagea le pouvoir avec ses frères. Les enfers à Hadès et la mer à Poseidon. Mais ce dernier n’avait pas vraiment le pied marin et se contentait de soulever les vagues depuis les cieux. Il épousa néanmoins la Néréide Amphitrite qui lui donna Triton comme fils.

Paris Bordone  (1500–1570), Neptune et Amphitrite, vers 1560

Paris Bordone (1500–1570), Neptune et Amphitrite, vers 1560

Il est aussi possible d’être promu divinité marine, comme en témoigne l’histoire de Glaucos. À l’origine, Glaucos était un pécheur qui observa des poissons sur un rivage herbeux manger une herbe et retourner à la mer. Il voulut tester les propriétés de cette herbe sur lui et fut transformé en dieu marin.

Salvatore Rosa (1615-1673), Glaucus et Scylla, Musée des Beaux-Arts de Caen

Salvatore Rosa (1615-1673), Glaucus et Scylla, Musée des Beaux-Arts de Caen

Ino, la fille du roi de Thèbes, fut rendue folle par Dionysos. Elle sauta dans la mer avec son fils. Les dieux en firent des dieux marins sous les noms de Leucothoè et Palaemon.  Leucothoé se montra ensuite secourable avec Ulysse, près de l’île des Phéniciens.

Johann Heinrich Füssli  (1741–1825), Le Naufrage d'Ulysse, 1803

Johann Heinrich Füssli (1741–1825), Le Naufrage d’Ulysse, 1803

Même si elle n’est pas une divinité marine, Aphrodite est née de l’écume, comme son nom l’indique. Sa naissance a inspiré plus d’un peintre, à commencer par Botticelli.

Henri Gervex  (1852–1929), La Naissance de Vénus, 1863

Henri Gervex (1852–1929), La Naissance de Vénus, 1863

Enfin la mer est peuplée de nymphes, de sirènes et de tritons comme autant de vagues.

Arnold Böcklin  (1827–1901), Triton et Néréide, 1875

Arnold Böcklin (1827–1901), Triton et Néréide, 1875