Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Lors d’un voyage dans le Périgord consacré essentiellement à l’art préhistorique, je me suis rendue au Musée d’Art et d’Archéologie de Périgueux pour voir un tableau de William Bouguereau intitulé Une âme au ciel.

William Bouguereau (1825-1905), Une âme au ciel, 1878, Musée d'Art et d'Archéologie du Périgord

William Bouguereau (1825-1905), Une âme au ciel, 1878, Musée d’Art et d’Archéologie du Périgord

Sur ce tableau de grand format, on voit deux anges pourvus de grandes ailes emportant vers les nuages le corps d’une jeune fille aux yeux fermés. Cette œuvre a été réalisée par l’artiste en 1878, suite à la mort de son épouse et de son plus jeune fils. Il a été présenté au Salon de 1878, puis acquis par un certain M. Werlé. Ce dernier avait une fille qui est devenu l’épouse d’un notable périgourdin, Alfred Magne. La fille du couple Magne est décédée à l’âge de 18 ans. C’est alors que M. Werlé offrit le tableau à sa propre fille. C’est pourquoi certains ont cru que la femme emportée par les deux anges est la fille Magne. Le tableau de Bouguereau fut donné par un descendant d’Alfred Magne en 1921 au Musée de Périgueux.

Dans la même salle du musée, on peut admirer un portrait de Mme Magne exécuté par le peintre allemand Karl Sohn (1805-1867). L’œuvre ornait le vestibule du château de Trélissac, construit par Alfred Magne. Son fils, Napoléon Magne, fit don du château à l’Hôpital de Périgueux. Cette institution choisit de déposer le tableau au Musée de Périgueux où il se trouve actuellement.

Karl Sohn (1805-1867), Portrait de Mme Alfred Magne, 1862, Musée d'Art et d'Archéologie du Périgord

Karl Sohn (1805-1867), Portrait de Mme Alfred Magne, 1862, Musée d’Art et d’Archéologie du Périgord

Revenons au tableau de Bouguereau. Le thème de l’âme emmenée au ciel par des anges a été abondamment traité dans la peinture.

Henri Lehmann représente en 1839 le transport du corps par un groupe d’anges de Sainte Catherine d’Alexandrie, après son martyr. Selon la légende, les anges transportent la sainte non pas vers le ciel, mais vers le Mont Sinaï, où elle est ensevelit.

Henri Lehmann  (1814–1882), St Catherine d’Alexandrie, 1839, Montpellier, musée Fabre

Henri Lehmann (1814–1882), St Catherine d’Alexandrie, 1839, Montpellier, musée Fabre

Sur un tableau de Gérôme peint en 1853, c’est un seul ange avec une apparence masculine et vêtu de blanc qui emporte le corps d’une jeune vers les nuées.

Jean-Léon Gérôme  (1824–1904), Une âme emportée par un ange, 1853, Musée Georges-Garret, Vesoul, France

Jean-Léon Gérôme (1824–1904), Une âme emportée par un ange, 1853, Musée Georges-Garret, Vesoul, France

Le thème est aussi repris par Louis Janmot dans son poème Le Vol de l’âme (1854). Sur cette œuvre l’âme est représentée par une jeune fille aux yeux ouverts. Quant à l’ange, d’aspect plutôt féminin, il n’a pas d’ailes. En revanche un voile transparent recouvre sa tête. Le tableau suivant, intitulé L’idéal, représente le même couple volant vers le ciel au-dessus de montagnes.

Louis Janmot  (1814–1892), Poème de l'âme (16) : Le Vol de l’âme, 1854, Musée des Beaux-Arts de Lyon

Louis Janmot (1814–1892), Poème de l’âme (16) : Le Vol de l’âme, 1854, Musée des Beaux-Arts de Lyon

Après Bouguereau et Gérôme, Luis Ricardo Falero va représenter une âme emmenée au ciel par un ange. Sur ce tableau, l’âme est aussi éveillée et quasiment assise sur l’épaule de l’ange.

Luis Ricardo Falero (1851-1896), L’âme humaine, 1894

Luis Ricardo Falero (1851-1896), L’âme humaine, 1894

Pour en revenir au tableau de Bouguereau, il se distingue de ceux de Gérôme, Janmot ou Falero qui ne montrent qu’un seul ange emmenant une âme vers le ciel. En revanche, ces dernières compositions se rapprochent d’un thème que Bouguereau a traité à plusieurs reprises: Psyché et l’Amour.

William Bouguereau (1825-1905), Psyché et l'Amour, 1889, Hobart (Tasmanie), Tasmanian Museum and Art Gallery

William Bouguereau (1825-1905), Psyché et l’Amour, 1889, Hobart (Tasmanie), Tasmanian Museum and Art Gallery

William Bouguereau (1825-1905), Le ravissement de Psyché, 1895, En dépôt à long terme au University of Virginia Art Museum, Charlottesville (Virginie)

William Bouguereau (1825-1905), Le ravissement de Psyché, 1895, En dépôt à long terme au University of Virginia Art Museum, Charlottesville (Virginie)

William Bouguereau (1825-1905), L'Amour et Psyché, 1899, Collection particulière

William Bouguereau (1825-1905), L’Amour et Psyché, 1899, Collection particulière