À la fin de l’interview que Brigitte Macron a accordé au magazine Elle (18 août 2017), la première dame évoque « la conception platonicienne qui veut que l’on rencontre la bonne moitié » pour décrire la solidité de son couple. De quoi s’agit-il exactement ?

Platon a consacré l’un de ses plus célèbres dialogues philosophiques à l’amour : le Banquet. En effet, dans cette œuvre fameuse, le philosophe met en scène un banquet. Il ne s’agit pas d’un repas à proprement parler, mais de la partie qui le suit. Les convives boivent ensemble tout en devisant. Le terme grec, symposion, signifie « Boire ensemble » et pourrait être traduit par agapes … ou boteillon. En effet, la coutume voulait qu’un maître de cérémonie soit désigné au début. Il avait la charge de définir le mélange de vin et d’eau qui serait bu au cours de la soirée. En mettant peu d’eau dans le vin, on conduisait les convives rapidement à l’ivresse. Au contraire, on ajoutant beaucoup d’eau, on favorisait des conversations intéressantes. Ce soir-là, les convives décidèrent de parler de l’amour et surtout de savoir d’où venait cet étrange phénomène qui avait une telle emprise sur les humains. Chacun des participants s’est fendu d’un discours dans lequel il expliquait ce qu’était l’amour.

Anselm Feuerbach  (1829–1880), Le Banquet d’après Platon, vers 1871 - 1874

Anselm Feuerbach (1829–1880), Le Banquet d’après Platon, vers 1871 – 1874

Parmi les invités, il y avait le fameux auteur de comédies, Aristophane. Lui avait une théorie très intéressante sur la question. Il en aurait fait part plus tôt dans la soirée si un hoquet ne l’en avait pas empêché. Mais une fois débarrassé de sa gêne, il a donné une explication de l’attachement amoureux très convaincante, même si elle reste un défi pour l’imagination.

Selon Aristophane, il existait au début de l’humanité des êtres à l’apparence un peu particulière. Ils étaient en effet ronds. Il y en avait de trois sortes : les masculins, les féminins et les androgynes. Ces derniers avaient une part féminine et une part masculine. Non contents d’être ronds, ces êtres étaient gonflés. En d’autres termes, ils ne se prenaient pas pour la queue de la poire. Mais Zeus a fini par être irrité de leur attitude et il les a foudroyés, ce qui les a coupés en deux. Depuis ce temps, chaque part recherche sa moitié. Les parts provenant des créatures masculines recherchent leur alter ego masculin. Idem pour les parts issues de créatures féminines. Et les parts provenant d’androgyne recherchent la part correspondant à l’autre sexe.

C’est ainsi qu’à travers le calame de Platon, Aristophane expliquait pourquoi nous sommes tous à la recherche d’un autre et pourquoi certaines personnes ont le sentiment de retrouver leur moitié. Et surtout pourquoi nous avons ce sentiment de manque quand nous n’aimons pas.