Étiquettes

, , , , , , , ,

Le sens de cette locution latine est évident. Ab ovo signifie à partir de l’œuf, depuis le commencement. On se demande souvent qui de la poule ou de l’œuf était au début. Les Romains pensaient que c’était l’œuf.

Au fait, de quel œuf parle-t-on ?

Cherchons du côté des habitudes de table. Les Romains mangeaient un œuf en entrée et des pommes au dessert. Ab ovo usque ad mala.

Autre possibilité, la manière de raconter une histoire. Certains auteurs essaient de remonter jusqu’à l’origine des temps, au chaos initial. Mais le poète Horace se félicite qu’Homère n’ait pas exposé les causes lointaines de la Guerre de Troie et qu’il se soit concentré sur un seul épisode, la colère d’Achille, qui constitue le thème de l’Iliade. Son récit ne démarre donc pas ab ovo, à partir d’un œuf. En revanche, je vais vous la raconter, moi, l’histoire de cet œuf.

La guerre de Troie aurait pu être évitée, si Zeus, le roi des dieux, n’avait pas une attirance irrépressible pour les belles femmes. Il avait remarqué la séduisante Léda. Pour l’approcher en toute discrétion, il se transforme en cygne. Et il reste cygne pour la posséder. Il résulte de cette aventure singulière que la jeune femme, quelques temps plus tard, va pondre un œuf. L’histoire ne dit pas si elle l’a couvé. Mais il en est sorti Hélène, la belle Hélène, celle dont l’enlèvement a provoqué la fameuse guerre de Troie.

Léda et le cygne par Francesco Melzi d’après une peinture perdue de Leonard de Vinci, vers 1508-1515, Galerie des Offices, Florence

Léda et le cygne par Francesco Melzi d’après une peinture perdue de Leonard de Vinci, vers 1508-1515, Galerie des Offices, Florence

La guerre de Troie a bien eu lieu, mais à force d’en rechercher les causes ab ovo, on se dit qu’on aurait pu la tuer dans l’œuf.

 

EnregistrerEnregistrer